Savoir et guérir : au milieu du chemin est la lumière

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Savoir pour guérir

Savoir pour guérir

La souffrance est un des lots communs à tous les Etres, quelque soit la condition de fortune.
L’esprit a une difficulté à accepter la souffrance, davantage dans le monde de technologie et de savoir actuel où tout semble dû et permis.
La souffrance physique semble plus facilement admise, du moins lorsque l’atteinte n’est pas trop importante et que la médecine dispose de panacées pour la traiter. La souffrance morale, intellectuelle, spirituelle est souvent plus douloureuse à intégrer. Il est sans doute nécessaire de faire une distinction entre la souffrance intellectuelle et les deux autres. Ceci tient au fait que l’intellect s’appuie essentiellement sur des raisonnements concrets, bien que mêlant du subjectif. Ce sens de concret met en exergue les divers travers d’insatisfaction inhérents à l’homme. C’est l’ego qui en pâtit par la non reconnaissance ou l’inassouvissement des désirs.
La souffrance morale est proche de la souffrance spirituelle. Elle met en évidence la lutte entre soi et ce que l’on est amené à faire (ou que l’on a fait) alors que profondément la règle personnelle dit non. Elle crée un malaise grandissant.
La souffrance spirituelle est d’une autre nature. Elle procède de la Foi en quelque Etre Supérieur (Dieu, Saint) ou une croyance dans un au-delà immatériel où, en tronc commun, règne la pureté primordiale. La souffrance spirituelle touche ainsi l’âme ou la psyché du Suprême auquel il est fait référence intérieurement. Il est également utile de scinder cette souffrance sous deux aspects : le premier est relatif à soi au titre des…LIRE LA SUITE

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.